Le blog de Philippe Baumel

UNANIMITE POUR LA LUTTE CONTRE LE HARCELEMENT SEXUEL

Hier soir le texte adopté par l’Assemblée nationale a permis de répondre aux craintes et aux attentes exprimées par les associations familiales après la décision du conseil constitutionnel de supprimer le délit de harcèlement sexuel.

Les peines et les sanctions ont été aggravées et portées à 2 ans de prison et à 30 000 euros d’amendes pouvant aller jusqu’à 3 ans et 45 000 euros. Ce texte aligne aussi le harcèlement moral au travail sur le harcèlement sexuel et le sanctionne aussi de façon adaptée.

Ce texte met un coup d’arrêt à ce que certains qualifient vulgairement de « droit de cuissage » et à toutes les pratiques d’assujettissement dans le travail, morales ou sexuelles. Cette loi affirme la volonté de notre société de protéger les plus vulnérables à commencer, toutes les études le montrent, par les femmes seules, les femmes avec enfants, les femmes immigrées qui sont souvent les plus fragiles face à ces délits.

Ce texte est un message clair vis-à-vis de tous les prédateurs, de celles et ceux aussi qui usent et abusent de leur autorité ou de leur positionnement social. Mais, ce vote n’est qu’un début, il doit être prolongé par des actions fortes : une large campagne de communication pour présenter les droits que peuvent faire valoir les victimes et aussi la mise en place d’un observatoire national des violences faites envers les femmes.

Ce texte de loi adopté à l’unanimité était le premier de la nouvelle mandature. Il a été adopté sur une base transpartisane et sur une lourde question de société. C’est un témoignage de plus que le changement est en marche en profondeur dans notre pays et je veux le croire de façon apaisée et constructive. Cette loi était nécessaire, elle est très claire. L’unanimité acquise est aussi un gage pour son efficacité.


Article rédigé le 25 juillet 2012