Le blog de Philippe Baumel

Politique agricole commune : les éleveurs de Saône-et-Loire entendus

Les éleveurs de Saône-et-Loire et plus largement du bassin allaitant l’attendaient avec impatience. Hier, le Ministre de l’Agriculture a confirmé la réorientation de la Politique Agricole commune en faveur de l’élevage en annonçant ses arbitrages sur les modalités de répartition des aides dites couplées.

La Prime au Maintien des Troupeaux de Vache Allaitante (PMTVA), qui était au cœur des attentes des éleveurs sera maintenue à bon niveau, voire légèrement augmentée dans notre département pour favoriser et consolider les troupeaux de taille moyenne (plus ou moins 80 vaches). Ainsi, de la 1ere à la 50eme vache, le montant de la prime par bovin sera de 187 euros, puis de 140 euros de la 51ème à la 99ème et enfin de 75 euros de la 100ème à la 139ème.

Cette clé de répartition permettra de soutenir efficacement l’élevage bovin dans notre département dont le cheptel moyen est d’environ 85 vaches. C’est une très bonne nouvelle et le meilleur des scénarios pour les éleveurs de Saône-et-Loire.

D’autres dispositifs comme l’Indemnité de Compensation de Handicap Naturel (ICHN) ou encore les aides couplées aux protéines végétales et la convergence des aides viendront également en soutien de l’élevage.

Au total, à l’horizon 2019 ce sont près de 13 millions d’euros en plus par an qui viendront en soutien des éleveurs de Saône-et-Loire.

Ces annonces qui vont dans le bon sens, attendues par les éleveurs, sont le résultat du dialogue exigeant et constructif que la profession et les députés de la majorité, notamment du groupe étude élevage à l’Assemblée nationale, ont mené depuis plusieurs mois avec le Ministre de l’Agriculture pour que concrètement la promesse faite à Cournon par le Président de la République soit tenue.

Au-delà, ces décisions démontrent plus que jamais que seul le dialogue et la concertation avec l’ensemble du monde agricole permettent de progresser ensemble. Elles sont un signal sans ambiguïté en direction prioritairement des éleveurs et de nos territoires ruraux dont nous connaissons les difficultés, mais également les atouts et l’excellence.

Philippe BAUMEL
Député de Saône-et-Loire
Vice-président du groupe élevage à l’Assemblée nationale


Article rédigé le 28 mai 2014