Le blog de Philippe Baumel

Nucléaire : engagement clair du gouvernement sur une recapitalisation stratégique

Ce matin, le Ministre de l’économie et de l’industrie avait associé à une réunion de travail les parlementaires dont les circonscriptions sont liées aux sites Areva partout dans le pays. Il y a fait un certain nombre d’annonces.

Il a d’abord rappelé le contexte du marché du nucléaire considérablement bouleversé avec un net renchérissement des couts, l’émergence de puissances nucléaires nouvelles (Russie, Chine), la fermeture de marchés comme l’Allemagne et l’arrêt du nucléaire japonais après Fukushima. Tout cela a entrainé une baisse du plan de charge de 30% à 40% pour Areva.

Il a aussi souligné le temps perdu en France avec une « filière disloquée » par 10 ans de concurrence inadaptée entre Areva et Edf, aboutissant à la perte de marchés attendus et a des résultats médiocres pour Areva notamment.

Les objectifs du gouvernement sont clairs : diminuer les coûts, retrouver une vraie compétitivité et cela passe par une intégration nouvelle entre les deux groupes et une nouvelle répartition des risques notamment financiers. L’ingénierie doit devenir commune et un seul acteur doit être identifié pour la production des réacteurs Areva NP dont le capital serait composé à 51% par Edf, 15% par Areva, le reste de l’actionnariat permettant l’entrée de Mitsubishi et d’un partenaire chinois.

Dans le cadre de cette stratégie, le groupe est en cours de redimensionnement avec 15% à 18% de suppressions de postes négociés par des départs volontaires. Ce sont d’abord des emplois administratifs qui sont supprimés, 676 sur le seul site de la Défense à Paris. Sur la Saône-et-Loire, les chiffres de départs restent inchangés 231 à Châlon Saint Marcel et 64 au Creusot.

Le Ministre a souligné, que pour préserver les savoir-faire, le CEA a été missionné avec la Directe pour un suivi qualitatif afin qu’il n’y ait aucune déperdition de compétences. Le PSE sera accompagné de 6 conventions de revitalisations, notamment en direction des PME partenaires qui pourraient être affectées par un ralentissement de l’activité.

Sur le plan financier, le Ministre a annoncé la finalisation d’un accord avec la Finlande sur l’achèvement de l’EPR en cours et une recapitalisation à hauteur de 5 milliards d’euros d’Areva pour lui donner les capacités utiles à son redéploiement.
Déjà pour 2016 aucune difficulté de trésorerie n’est à envisager.

En matière de carnet de commandes, qui est naturellement la clé de toute sortie de crise, pour le Ministre, de réelles perspectives de ventes de réacteurs Atméa sont actuellement en cours de négociation notamment en Pologne, en Afrique du Sud, ou encore en Tchéquie. De plus, il a annoncé la perspective de 15 milliards d’investissements sur le « grand carénage » d’Edf qui devraient être engagés dès la deuxième partie de l’année 2016.

Si des manques sur le plan de charge sont à envisager sur fin 2016-début 2017, le Ministre a marqué sa confiance sur des perspectives réelles et sur un marché qui redémarre plus ouvert et concurrentiel qu’il y a quelques années, mais sur lequel, Edf et Areva à la faveur d’une stratégie commune et non plus opposée, sont en capacité de jouer un tout premier rôle.

Responsabilisation des acteurs, organisation nouvelle et coordonnée, conservation et développement des savoir-faire sont aux yeux du Ministre les clés du redressement en cours.

Philippe BAUMEL
Député de Saône-et-Loire

Christophe SIRUGUE
Député de Saône-et-Loire

Jérôme DURAIN
Sénateur de Saône-et-Loire

Cécile UNTERMAIER
Députée de Saône-et-Loire


Article rédigé le 29 mars 2016