Le blog de Philippe Baumel

Nouvelle France industrielle : « 2025 c’est déjà maintenant »

TRIBUNE parue sur Libération.fr

Une trentaine de députés socialistes saluent le retour en force de l’Etat stratège et du volontarisme politique.

La fin de l’été fut propice à la moquerie quant au séminaire consacré à la France de 2025. Pouvions-nous nous attendre à autre chose de la part des tenants d’une France recroquevillée sur son passé ; qui doute de son avenir. Nous en doutons fortement.

Sous l’impulsion du président de la République et d’Arnaud Montebourg, son ministre du Redressement productif, le lancement des « 34 plans de bataille » de la nouvelle France industrielle vient redessiner les contours d’une France forte, armée pour son retour dans le concert des grandes nations productives. Sans industrie forte, notre volonté d’enrayer le déclin de notre pays restera un vœu pieux.

Le premier acte de la France industrielle de 2025 a été posé ce 12 septembre. Il signe à nos yeux le retour en force de l’Etat stratège et du volontarisme politique.

Nous, parlementaires de gauche (1), souhaitons ainsi soutenir activement cette dynamique de reconquête industrielle qui reste, à ce jour, inédite pour un gouvernement et sa majorité.

Inédite sur la méthode. Nous considérons que le choix de conjuguer initiative privée et initiative publique au sein d’un seul et unique plan, sur la base d’une réflexion stratégique partagée est un signe positif de confiance mutuelle et de foi dans un avenir commun entre les acteurs économiques et l’Etat. Le fait de confier l’animation de ces plans à des chefs de projets, issus pour la plupart du monde industriel, est très révélateur d’un nouveau genre de partenariat.

Inédite sur les projets. 34 projets ont été identifiés, loin d’un simple catalogue, ces filières ont une logique, une ambition à la frontière de l’innovant et du réalisme. Nous devons respecter les choix qui ont été faits par les acteurs privés et les acteurs publics qui ont participé à la réflexion stratégique. On nous a souvent reproché de manquer de propositions concrètes, de rester dans de grandes théories éloignées des réalités économiques et industrielles de la France. Ces 34 projets en sont la preuve inverse, du TGV du futur à la chimie verte, en passant par la voiture pour tous, ces projets sont à l’image de la capacité créative et d’adaptation des entreprises françaises.

Inédite sur les objectifs. Avec les priorités que sont la transition énergétique et écologique, la santé et l’économie du vivant, le numérique ; deux chiffres, 480 000 emplois directs créés et 45,5 milliards d’euros de valeur ajoutée ; une date butoir : 2025 ; le ministre du Redressement productif et le Président initient une culture du résultat de projet, qui plus est évaluable, notamment par le Parlement. Chacun d’entre nous suivra ces plans et en mesurera la mise en œuvre.

Nous, parlementaires de la majorité, saluons l’ambition, la volonté des acteurs économiques et les acteurs publics pour un redressement « Made in France ».

(1) Liste des signataires. Arnaud Leroy ; Patrice Prat ; Serge Bardy ; Laurent Baumel ; Philippe Baumel ; Jean-Pierre Blazy ; Yves Blein ; Marie Odile Bouillé ; Daniel Boisserie ; Isabelle Bruneau ; Jean-Michel Clément ; Valérie Corre ; Philippe Doucet ; Sophie Errante ; Christian Franqueville ; Jean Grellier ; Chantal Guittet ; Sandrine Hurel ; Michel Lesage ; Bernard Lesterlin ; Jean-Pierre Le Roch ; Jean Philippe Mallé ; Hervé Pellois ; Dominique Potier ; Joaquim Pueyo ; Dominique Raimbourg ; Julie Sommaruga ; Thomas Thévenoud ; Stéphane Travert ; Fabrice Verdier.


Article rédigé le 20 septembre 2013