Le blog de Philippe Baumel

Mariage pour tous : le révélateur

Le vote solennel par l’Assemblée nationale du texte légalisant le mariage pour les couples du même sexe et les nouveaux échauffourées qui en ont découlé hier soir encore autour du Palais Bourbon constituent à la fois un moment historique, dans lignée des grandes avancées sociétales de la fin du XXème siècle, comme les lois Neuwirth sur la contraception, Veil sur l’avortement ou Badinter sur l’abolition du délit d’homosexualité et tout autant un identifiant fort d’une opposition radicalisée. Pourtant Il s’agit d’une loi d’équilibre, qui instaure le principe cher à tous les républicains de l’égalité des droits.

Ce moment clé du quinquennat de François Hollande est aussi le révélateur impitoyable des glissements d’une droite en déshérence, qui court derrière le Front National comme aux pires heures de la campagne de Sarkozy en 2012. Une photo, qui a fait le tour des médias nationaux, suffit à résumer la proximité retrouvée entre la droite et l’extrême-droite : celle de l’avocat Lepéniste Gilbert Collard presque bras-dessus bras-dessous avec Christine Boutin au premier rang de la manif des anti mariage, au côté de députés UMP peu émus par ce rapprochement !

Aujourd’hui, les masques tombent. L’UMP instrumentalise une minorité de Français pour élargir la contestation et refuser le choix des urnes. Ce rejet du principe essentiel du respect de la représentation populaire s’apparente à celui des ligueurs qui, depuis Maurras jusqu’à la débâcle de la collaboration ont voulu prendre le pouvoir par l’émeute pour mieux ensuite tuer l’expression du peuple, c’est à dire la République. La loi sur le mariage pour tous nous offre le spectacle pathétique d’une droite radicalisée et déboussolée qui s’allie aujourd’hui aux amis de Le Pen comme hier à ceux du colonel de la Roque.

Cependant, cette loi est juste. Elle a fait l’objet de sept mois de débat au Parlement et de centaines d’auditions. Ceux qui ont choisi de la combattre par la rue en recherchant dérives et dérapages pour mieux diviser les Français et déstabiliser la République appellent en réalité une autre société où les idéaux de liberté, d’égalité et de fraternité seront remplacés par l’archaïsme et l’autorité. Le Président, le gouvernement et la majorité parlementaire, fidèles au mandat qui leur a été confié, ne laisseront pas la France retomber dans les errements qui ont entaché lourdement une partie du XXème siècle.


Article rédigé le 24 avril 2013