Le blog de Philippe Baumel

"Maintenant, il faut passer aux travaux pratiques"

Article paru dans le Journal de Saône et Loire du 22 août 2012

Philippe Baumel n’a qu’une hâte : que le gouvernement et le parlement entament au plus vite les réformes promises aux électeurs.

« Il faut qu’on s’y mette, il est temps de mettre les mains dans le moteur ». S’il y a un député socialiste qui attend la rentrée politique avec impatience c’est bien Philippe Baumel. Le député de la 3 e circonscription de Saône-et-Loire, assure que les 100 premiers jours ont permis à François Hollande de réinstituer une « normalisation nécessaire » dans les institutions, mais qu’il est à présent plus que temps de passer la seconde.

Néanmoins, il tempère. Il ne faut surtout pas voir de « défiance » dans ses propos. Comme Arnaud Montebourg, il sait bien qu’un pays ne se relève pas en cinq ans et Philippe Baumel ne se retrouve pas non plus dans les critiques assassines d’un Mélenchon qui reprochait à François Hollande son inaction. « À l’approche de la rentrée les Français ont des attentes fortes, nous n’avons pas le droit de les décevoir. » Dans la liste des « urgences », le député cite par exemple l’intervention promise sur les hausses de prix des carburants par le candidat Hollande : « Les gens voient déjà leur pouvoir d’achat diminuer nous ne devons pas tergiverser, en face il y a une grande soif de réponses. » Philippe Baume souhaite donc que son camp mette sur la table les réformes structurantes promises, et qu’il offre aux Français un « vrai calendrier d’ensemble qui permette de tracer un chemin. »

Lui pense aussi à d’autres réformes qu’il a hâte de voter : le non-cumul des mandats ou même l’introduction de la proportionnelle. Mais cinq ans seront-ils suffisants pour réaliser l’ensemble des promesses du catalogue socialiste ? « Nous avons toutes les clés du pouvoir, si on s’y met dès maintenant on devrait quand même pouvoir arriver à quelque chose », conclut un Philippe Baumel pressé, très pressé.


Article rédigé le 23 août 2012