Le blog de Philippe Baumel

Le député Philippe Baumel juge « indignes » les propos d’Arnaud Danjean

Suite à l’article paru hier sur la situation en Centrafrique pour lequel le député européen Arnaud Danjean (UMP) a été sollicité, le député de Saône-et-Loire Philippe Baumel (PS) a fait parvenir cette réaction : « Les propos tenus par Arnaud Danjean dans le JSL du samedi 28 décembre me paraissent indignes d’un élu responsable. Il est en effet surprenant, en pleine opération militaire, de voir jeter le doute sur la capacité de notre armée à réussir sa mission. En 1914, on aurait estimé qu’il s’agissait d’un sentiment anti-français…

Au-delà, je constate que la droite essaie une fois de plus de lancer de faux débats pour tenter de faire oublier combien sous Sarkozy l’image de la France a été abîmée par le discours raciste de Dakar et par l’opération contestable de Côte d’Ivoire, qui a consisté à mettre en place un affidé dont personne ne sait s’il a été véritablement élu et s’il a commis moins de massacres que son prédécesseur ! À cette époque, M. Danjean n’a pas fait la fine bouche… »
« Partout en Afrique, l’image de la France se redresse »

« Son analyse relève a mon sens d’un opportunisme total, d’une mauvaise foi certaine et d’un cynisme abouti car elle se résume à un lâchage de nos soldats qui se battent pour la paix sous mandat de l’ONU. Lorsqu’il regrette que d’autres pays européens ne soient pas davantage engagés à nos côtés, Arnaud Danjean oublie aussi que les parlementaires européens n’ont pas beaucoup exprimé leur soutien, préférant se perdre dans les méandres de visions nationales hétéroclites comme il le fait lui-même.

Aujourd’hui, partout en Afrique, l’image de la France se redresse. L’honneur de notre pays est d’être la seule grande puissance qui ne détourne pas le regard sur le chaos actuel et qui mesure aussi ses responsabilités face à l’Histoire. Tout autre attitude serait certes plus commode mais indigne de la patrie des droits de l’homme… On ne gagne pas une guérilla en un mois. En revanche, certains se perdent vite a vouloir faire de la basse politique alors que nous sommes engagés pour sauver la paix et le droit d’un peuple a disposer de son avenir librement. »

Article paru le 29 décembre 2013 dans l’édition du Journal de Saône-et-Loire


Article rédigé le 29 décembre 2013