Le blog de Philippe Baumel

Journal de Saône-et-Loire : "Les voeux offensifs du député Philippe Baumel"

Le député a réuni plus de 300 personnes vendredi à Couches, épicentre de la 3e circonscription, pour présenter des vœux très solennels en ce début d’année troublée.

Notre première mission en 2015 sera ni plus ni moins de sauver la République. Nous devons être les soldats de la liberté ». Les vœux pour 2015 du député Philippe Baumel ont résonné avec une force particulière vendredi dans une salle du Prieuré bondée. Les habitants et un parterre d’élus d’Autun, du Creusot et des communes alentour ont tendu une oreille extrêmement attentive à un discours à la fois offensif et empreint d’espoir.

Après l’introduction philosophique de la suppléante Ghislaine Colombo, élue d’Autun, qui a habilement cité Voltaire, le parlementaire a ouvert son discours en martelant à plusieurs reprises le thème de son propos : « la France est mortellement blessée mais debout ». Après les attentats qui ont endeuillé la France, Philippe Baumel retient les 4 millions de marcheurs qui ont foulé le pavé il y a une semaine en décrivant ce mouvement comme « le noble instinct de conservation de la liberté d’expression ».

Mais le député sait les mois à venir difficiles. Pour ne plus céder à la « pernicieuse chanson du déclin » délivrée par « quelques auteurs cocaïnés » et au « religieusement correct », il a invité chacun à prendre part à cette résistance en soulignant : « Saisissons tous notre destin, soyons conscients d’être ensemble dans notre diversité ». L’enjeu pour l’ancien maire du Breuil élu à l’Assemblée nationale en 2012, est de protéger la laïcité la liberté et retrouver une fraternité quelque peu effacée.

Galvanisé par l’union nationale des députés, Philippe Baumel a mis le doigt sur les causes, rappelant que les terroristes étaient des Français n’ayant pas su capter essentiel du message délivré par l’école. « Il va falloir se faire aimer par certains jeunes qui ne veulent plus appartenir à la République », a-t-il déclaré, proposant quelques pistes de réflexion comme l’investissement dans l’avenir (l’école, la formation, la Recherche…).

Mais le Brogélien rêve surtout que se profile rapidement et distinctement un grand destin national « pour que Je crois donc je suis ne vienne plus jamais remplacer Je pense donc je suis ».

Retrouvez cet article sur le site du Journal de Saône-et-Loire en cliquant sur le lien suivant : http://www.lejsl.com/edition-le-creusot/2015/01/17/soldats-de-la-liberte-en-2015


Article rédigé le 19 janvier 2015