Le blog de Philippe Baumel

JSL : "Mardor : la reconversion se dessine"

Si l’on en croit les engagements de financement, la reconversion du centre de réadaptation de Mardor en “village répit familles” prend de l’épaisseur.

La reconversion du site de Mardor à Couches en village “vacances répit familles” prend de l‘épaisseur. C’est ce qu’il faut déduire de ce que vient de répondre au député Philippe Baumel la ministre qu’il avait interrogée à l’Assemblée Nationale, Pascale Boistard, secrétaire d’État chargée des personnes âgées et de l’autonomie. L’aménagement de 60 logements dans les bâtiments actuels, du même côté de la route que le château, est évalué à 11 millions d’euros.

Pascale Boistard confirme que le Fonds d’intervention régional de l’Agence régionale de santé (ARS) contribuera à hauteur de 1,5 million d’euros, l’AGIRC et l’ARRCO (régimes de retraite) à 1,5 million d’euros aussi, le conseil départemental à 0,4 million d’euros. D’autres espoirs résident dans la sollicitation du conseil régional, des fonds sociaux européens et de la Caisse des dépôts et consignations.
La réalisation du village supervisée par la ministre

L’Assurance maladie, elle, s’impliquera à hauteur de 807 000 €/an dans le fonctionnement. La ministre explique qu’elle « veillera personnellement à sa réalisation (du village) ». En Saône-et-Loire, le préfet préside le comité de pilotage pour la réalisation de cette structure, destinée à faire vivre le site après le déménagement de l’actuel centre de médecine physique et de réadaptation à Chalon, dont le chantier n’a pas encore débuté.
Le personnel rassuré

Cette confirmation ministérielle est importante. Elle peut stimuler d’autres financements privés dans ce projet de structure de répit innovante pour les aidants et pour les aidés que gérerait… la Croix-Rouge. La ministre se fondait sur le bilan d’une réunion du 6 janvier. Selon des informations qui ont transpiré du comité de pilotage la semaine dernière, le montage financier atteindrait déjà 7,5 millions d’euros sur les 11 nécessaires.

Rappelons-le, ce “village” emploierait 70 salariés. Sa gestion par le même employeur que le centre de réadaptation actuel offrirait des possibilités au personnel qui ne souhaite pas migrer à Chalon. Autant d’informations qui rassurent le personnel comme le député Baumel très attaché à la pérennité d’une activité sur Mardor jusqu’alors le « premier employeur du Couchois ».

Thierry Dromard

Retrouvez cet article sur le site du Journal de Saône-et-Loire en cliquant sur le lien suivant : http://c.lejsl.com/edition-le-creusot/2017/01/19/mardor-la-reconversion-se-dessine


Article rédigé le 19 janvier 2017