Le blog de Philippe Baumel

"J’AI ENVIE DE PASSER AUX TRAVAUX PRATIQUES"

Vos premières impressions ?

« Tout d’abord, je suis impressionné par l’hémicycle parce que c’est la première fois que j’y siège en tant que parlementaire donc une grande émotion quand même ! On pense à ceux de Saône-et-Loire qui nous ont précédé et à tous ceux qui vous ont accompagné pour que vous les représentiez là. C’est un peu chargé de sens et d’émotions aussi ! »
« C’est une séance très formelle aujourd’hui. J’ai très envie d’être au 3 (NDLR : trois juillet, début de la session extraordinaire) car le 3, on va rentrer dans le vif du sujet et il y aura une vraie séance sur des textes. J’ai envie là, maintenant, de passer aux travaux pratiques, réellement parlementaires. »

Quels sont les chantiers qui vous tiennent à cœur ?

« Personnellement, ce sera tous les chantiers qui ont trait à la justice sociale avec la restauration d’un peu plus d’équilibre et un peu plus d’équité ou d’égalité dans le pays qui nous fait défaut. Vous avez les derniers chiffres qui nous sont encore sortis ce matin avec combien coûte le budget de l’État avec le bouclier fiscal donc il faut vite arrêter tout ça pour retrouver un peu plus d’équité. »
« Parmi les autres dossiers, il y aura aussi tous les dossiers liés à l’activité économique notamment à la protection des productions françaises pour qu’elles ne soient pas, sur notre territoire, concurrencées de façon déloyale et que l’on puisse aussi mieux se battre à l’étranger. Tout ça, ce sont des enjeux fondamentaux parce que c’est l’emploi qui est derrière et particulièrement l’emploi dans la circonscription que je représente ici. »
« Le premier dossier chaud, c’est le dossier DIM. Il est tout à fait emblématique : propriété d’un fond de pension qui vend, aujourd’hui, en essayant de faire des bénéfices surajoutés par rapport à ceux qu’il a déjà faits depuis quelques années. »

Vous allez siéger dans la commission des Affaires étrangères ?

« Je viens d’apprendre que je suis à la commission des Affaires étrangères. Ce n’était pas mon premier choix, vous savez comment cela se passe : les p’tits jeunes, en général, n’accèdent pas à leur premier vœux. J’avais fait trois vœux, c’est le troisième. En politique, ce qui est intéressant aussi c’est que l’on touche parfois à des domaines dont, a priori, on n’est pas le spécialiste mais, justement, avec un peu plus d’efforts, ça permet de se renouveler aussi. »

« Dans le secteur des Affaires étrangères, il y a des dossiers qui me sont déjà sensibles, notamment tous ce qui est développement, c’est là aussi une part de justice du développement à retrouver dans le monde. Peut-être que la France a un message particulier en la matière, de par son histoire, de par la décolonisation. Il y avait aussi quelque chose à renouer en quelque sorte pour oublier le fameux discours de Dakar où un ancien président nous avait expliqué qu’il y avait la race blanche et les autres. Écoutez, on va essayer de faire mieux et, peut-être, que, là aussi, on pourra initier en matière étrangère des relations plus équitables et plus justes. »


Article rédigé le 27 juin 2012