Le blog de Philippe Baumel

ÉCONOMIE. - La scierie Ducret-FSA, exemple de développement de la filière bois sur l’Autunois. Le bois en circuit court

Article paru dans l’édition du 28 novembre du journal de Saône-et-Loire

Certaines caractéristiques d’une économie circulaire, autosuffisante sur un territoire, se retrouvent dans le circuit court du bois en Autunois.
Partager
Envoyer à un ami

Les circuits courts d’approvisionnement ne concernent pas uniquement l’agriculture et l’alimentaire. Autre exemple qui touche tout particulièrement l’Autunois : le bois, et plus particulièrement le système de la scierie FSA, dans le parc d’activité de Saint-Andoche. L’entreprise dirigée par Cyrille Ducret et sa sœur traite 50 000 m³ de grumes de Douglas du Morvan par an. Un approvisionnement certes important, mais restreint dans un périmètre de 100 km.

Avant d’être sciées, les grumes sont analysées par un scanner qui détermine comment scier le rondin pour avoir le moins de déchets possible ; mais il y a des déchets quand même. Ils sont de deux ordres : les écorces et les sciures. Et comme rien ne se perd, tout se transforme, ces rebuts de l’industrie de la première transformation du bois sont orientés vers des sociétés qui en ont besoin. Le circuit court fonctionne là aussi puisque la scierie FSA fournit les sciures à la société Isoroy, à Torcy, qui fabrique des panneaux mélaminés et stratifiés, soit à 33 km de la scierie.

Quant aux écorces, elles parcourent la distance faramineuse de… 200 mètres ! En effet, la nouvelle chaufferie biomasse de la ville fonctionne à la plaquette bois ; les écorces issues de la scierie remplissent cette fonction de combustible, pour une bonne partie des 4 000 tonnes de biomasse nécessaires à la chaufferie de Saint-Andoche.
Du bois collé à du béton pour fabriquer des ponts

La valorisation des produits connexes du bois est un enjeu en terme économique. Ainsi, il existe d’autres débouchés qu’un fabricant de meubles pour donner de l’emploi à un territoire qui dispose d’une ressource bois importante.

Des expériences sont ainsi menées sur les éco-matériaux. Le laboratoire d’Autun du Centre d’études techniques de l’équipement (Cete) de Lyon a lancé des études qui ont abouti sur le mariage par collage structural de matériaux bois et béton sur des ouvrages d’art de type pont. Peut-être que pour les futurs chantiers sur la RCEA, des ponts de ce type seront choisis ?
Recherche de valeur ajoutée à la filière

« Le collage structural est déjà utilisé dans l’aéronautique », appuie Christophe Aubagnac, directeur adjoint du laboratoire d’Autun et défenseur de l’intégration du bois dans les structures de génie civil, qui présentait ce débouché lors de la visite de l’entreprise FSA, mardi, à la demande du député Philippe Baumel. Soucieux de se donner une vision globale des enjeux de la filière bois, le député a été reçu par FSA, la communauté de communes et son service économique.

La prise en compte globale du traitement des produits connexes du bois est un élément de valeur ajoutée de la filière bois pour les prochaines années. La filière bois a généré, en dix ans, une bonne centaine d’emplois sur Autun (gare bois, VFLI, chaufferie, bûcheronnage,…). Ce n’est qu’un début.


Article rédigé le 28 novembre 2013