Le blog de Philippe Baumel

" DU BAUMEL AU COEUR "

Le socialiste Philippe Baumel, nouveau député de Saône-et-Loire, a fêté sa victoire aux côtés de ses militants hier soir.

Hier, c’est au volant de sa voiture, sur les routes de sa très vaste circonscription, que Philippe Baumel est devenu député de Saône-et-Loire. La nouvelle est tombée alors que le maire du Breuil allait rejoindre ses militants autunois : « C’est Arnaud [Montebourg] qui m’a téléphoné pour me dire que c’était bon. Et il a insisté pour que j’embrasse Gigi. » ‘‘Gigi’’, c’est Ghislaine Colombo, la fidèle suppléante, qui attendait l’arrivée du nouveau député aux côtés des militants d’Autun dans une permanence devenue trop petite. Mais le candidat n’est pas encore là et l’horloge n’affiche pas encore 20 h que déjà les premiers bouchons de crémant (rosé évidemment) sautent. L’info a circulé et Ghislaine Colombo, téléphone greffé à l’oreille, confirme : « Philippe est député ! » À l’arrivé du héros de la soirée quelques minutes après 20 h, les militants laissent éclater leur joie. Le nouvel élu est assailli de toute part. On lui propose, un baiser, un verre et des encouragements pour la suite. Le sourire du député est encore un peu crispé, mais c’est finalement lorsqu’un SMS tombe pour annoncer le grand chelem de la gauche que Philippe Baumel laisse enfin éclater sa joie pour de bon. « C’est le scénario rêvé ! », confie celui qui savoure enfin une victoire nette après avoir dû surmonter les divisions dans son propre camp et combattre le président départemental de l’UMP.

« Au boulot dès demain »
Très vite, Philippe Baumel pense à l’avenir : « Dès demain, on se met au boulot avec Ghislaine ». La suppléante confirme : « Et on fera ce qu’on a dit ! » Avant de repartir pour Le Creusot où l’attend à la salle Guynemer une armada de militants, le nouveau député prend le temps d’analyser sa victoire : « Bien sûr nous avons été portés par la Présidentielle, les électeurs n’ont pas voulu se faire confisquer leur belle victoire de mai. Mais ils se sont aussi reconnus dans la sincérité de notre démarche. La droite paye ce soir ses positions confuses avec le FN. D’ailleurs, je note que le transfert des voix FN vers mon adversaire est très médiocre », constate celui qui figurait sur la « liste noire » des candidats que voulait voir perdre le secrétaire départemental du Front national. Philippe Baumel a aussi trouvé le temps de tendre la main à l’ensemble de sa famille politique : « La belle unité de la gauche, il va falloir la cultiver. Maintenant notre devoir c’est de rassembler. »

Au Creusot, le député arrive visiblement ému par les applaudissements des centaines de militants venus fêter sa victoire. Après les embrassades et les dizaines de militants ou d’élus à remercier, le socialiste a pris le micro. Debout sur une chaise il a dit son émotion et sa fierté d’être élu dans un siège qui a été celui d’André Billardon et s’est adressé au maire du Creusot : « Ce que je suis devenu, pour beaucoup je te le dois. »

Après un discret hommage à Isabelle son épouse, la politique a repris le dessus : « Cette élection est synonyme pour moi de devoir et de responsabilité. » Quelques instants plus tard, le député de Saône-et-Loire se lâchait complètement en aspergeant l’assemblée du champagne de la victoire : « J’ai soif de me mettre au travail et d’aller voir comment ça se passe à Paris. »

Paru sur le JSL, le 18 juin 2012.


Article rédigé le 18 juin 2012