Le blog de Philippe Baumel

Creusot infos : ÉCOMUSÉE CREUSOT MONTCEAU : Un premier bilan et de sérieuses perspectives à la Villa Perrusson

Le bilan de la saison 2016 a été livré ce mardi en fin de journée par le vice-président de la Communauté Creusot Montceau Philippe Baumel. L’occasion de faire part des premières satisfactions, et d’annoncer que la deuxième phase de restauration concernant la rénovation des intérieurs de la Villa va être en enclenchée dans quelques mois.

On s’en souvient, notamment en raison d’un certain engouement le jour J, la Villa Perrusson avait été ouverte au public le samedi 4 juin de cette année. Une ouverture officiellement célébrée pour quatre mois, jusqu’à fin septembre.

Aujourd’hui, les chiffres sont communiqués avec satisfaction par Philippe Baumel. « 6 100 visiteurs ont été accueillis sur cette première saison, beaucoup en juin et en septembre », assure-t-il, allant même jusqu’à qualifier ce résultat d’excellent compte-tenu on l’a dit de cette ouverture récente. Le vice-président de la Communauté Creusot Montceau, délégué en l’occurrence à la coopération territoriale et au Patrimoine, précise : « Sur ce nombre de visiteurs on a compté 5 990 français et donc une petite part de touristes étrangers, surtout des Allemands alors qu’au vu de la situation géographique de la Villa Perrusson nous attendions plutôt des visiteurs venant de Suisse ou bien des Pays-Bas ». Des données de toute manière à prendre en considération selon Philippe Baumel, qui voit là une première saison positive devant amener « des pistes à travailler pour la promotion de la Villa Perrusson auprès d’un plus large public, et notamment auprès des scolaires même si la période tombe en partie pendant les grandes vacances ».

Un sentiment est réaffirmé : « Malgré les critiques par certains, on a fièrement hissé le pavillon. Et on peut déjà souligner des manifestations réussies ici comme le fantastic picnic auquel ont participé 155 personnes, sans oublier la vente par les producteurs locaux des 120 paniers prévus à cette occasion ».

Pour l’élu de l’exécutif communautaire, la restauration de la Villa Perrusson est justifiée. Grâce à un concours de circonstances la poursuite de celle-ci est annoncée dans un avenir proche. « C’est une opportunité qui se présente. Le Fonds de soutien à l’investissement local nous permet une capacité de financement nouvelle », explique Philippe Baumel, en donnant les grandes lignes ce financement possible : 610 000 euros du FSIL, 366 000 euros de la DRAC Bourgogne-Franche-Comté et 244 000 euros de la Communauté Creusot Montceau. L’investissement total de cette deuxième phase est estimé à 1 344 000 euros. « En plus des aides, on ne s’interdit pas de relancer notre appel au mécénat via notre partenariat avec Fondation de France », ajoute le vice-président communautaire.

Le projet est en tout cas posé, avec deux idées pour les intérieurs de cette Villa Perrusson : la restauration du pavillon Desfontaines dans son jus peut-on dire, « là où les affaires économiques se faisaient », et juste à côté une restauration clairement à but muséal de la partie Perrusson. Des intérieurs fragiles, usés et dégradés par le temps qui passe, que la CCM entend traiter avec les précautions nécessaires, des céramiques jusqu’aux fresques tapissant certains pans de murs. Cela suivant les exigences de l’architecte des Bâtiments de France Frédéric Didier, et la tâche d’ouvrir ces intérieurs au public sans en dénaturer l’histoire et les particularités. « Il ne faut pas non plus mélanger les époques puisque cette Villa en est le témoignage de plusieurs - Fin 19ème-début 20ème siècle -. Il y a un choix à faire dans la reconstitution », souligne-t-on.

Le calendrier ? L’année 2017 sera celle des recherches approfondies afin de poursuivre assez fidèlement la restauration (respect des décors d’antan, couleurs des tapisseries…), mais aussi celle du lancement des appels d’offres. Les premiers travaux sont souhaités début 2018, pour une durée d’environ deux ans. « On espère que nous pourrons dévoiler ces intérieurs en juin 2020 ». Thyphaine Le Foll, directrice du Patrimoine à l’Écomusée Creusot Montceau, pense alors à une exposition axée sur les productions des entreprises implantées le long du canal, d’Écuisses jusqu’à Ciry-le-Noble : « Nous réfléchissons ici à la mise en avant, au travers de pièces que nous conservons, de la vallée de la céramique du milieu du 19ème siècle jusqu’au milieu du 20ème siècle. C’est très intéressant car nous allons en fait aller plus loin dans la démarche, en retraçant disons un tiers de la vie industrielle sur ce territoire. Et là aussi, ça rejoint l’histoire quotidienne des gens ».

Philippe Baumel insiste d’ailleurs sur « une histoire ciblée », pour rester dans cette approche, et parle même d’« un enjeu de territoire ». En évoquant un développement à creuser dans l’offre touristique territoriale, afin de créer encore plus l’attraction au sens noble du terme : « Pourquoi ne pas aménager l’espace situé juste derrière le jardin de Villa pour des réceptions sous la forme de locations ? ».

L’ambition pour cette Villa Perrusson est d’en faire un des premiers sites touristiques de Saône-et-Loire. Philippe Baumel conclut : « Les chiffres de fréquentation sont très encourageants en ce sens. Nous sommes en train de donner à ce site tous les atouts, pour faire place à cette histoire de la céramique sur ce territoire et en même temps ancrer le site dans la modernité ». Côté labellisation, le jardin à l’anglaise fera l’objet d’une demande l’année prochaine de reconnaissance en Jardin remarquable.
Quant aux modalités d’ouverture de début juin à fin septembre, il se peut que cette durée soit revue dans les années futures. Pour l’instant, l’environnement proche de la Villa Perrusson peut respirer et le travail de restauration va se poursuivre. D’ici à 2020, le jardin restera évidemment accessible.

Alix BERTHIER

Retrouvez cet article sur le site de Creusot infos en cliquant sur le lien suivant : http://www.creusot-infos.com/news/le-creusot-montceau/communaute-urbaine/ecomusee-creusot-montceau-un-premier-bilan-et-de-serieuses-perspectives-a-la-villa-perrusson.html


Article rédigé le 26 octobre 2016