Le blog de Philippe Baumel

CANTON DE MESVRES : "Une ruralité sereine qui travaille à son devenir" selon Philippe Baumel

Comme il le fait pour tous les cantons de sa circonscription, le Député du Creusot et d’Autun était ce vendredi soir à Broye après avoir visité une bonne partie du canton avec le conseiller général Christian Gilot.

Après la visite de La Tagnière, d’Uchon et de la Chapelle-sous-Uchon jeudi, Philippe Baumel accompagné de Christian Gilot est allé à la rencontre des Maires et des conseillers municipaux des communes de Saint-Eugène, La Boulaye, Dettey, Mesvres, Brion, Laizy et Broye. Ces visites avec les élus de la circonscription sont l’occasion pour le député d’échanger et de faire le point sur les projets et les problèmes locaux rencontrés.

"Pas d’inquiétude particulière sur les rythmes scolaires"
Philippe Baumel est revenu sur les différents thèmes abordés lors de ses pérégrinations comme notamment les rythmes scolaires. "Dans ces territoires ruraux, cette réforme n’a pas encore été mise en application, les élus sont au stade de la définition du projet. Ils étudient les différents projets d’animation et je n’ai pas perçu d’inquiétude chez eux. Les élus ruraux ont été rassuré par l’annonce du maintien de l’aide financière pour les 2 prochaines années faîte par le 1er Ministre lors du Congrès des Maires de France" a précisé le député. "Les élus du canton sont également confiants car "la compétence scolaire relève de l’intercommunalité et, à ce titre, les moyens vont être mutualisés. Il n’y a donc pas d’inquiétude outre mesure".

"La PAC, les élections municipales et le redécoupage territorial"
Sur ce territoire de la circonscription essentiellement rural, la réforme de la Politique Agricole Commune est souvent revenue au coeur des débats. "Les élus sont détendus, ils sont assez satisfaits par l’accord signé qui est favorable aux éleveurs". Philippe Baumel a par ailleurs évoqué la question de "l’abattoir d’Autun qui, au-delà d’être préservé, peut même être renforcé. C’est un outil qui a été remis à flots, on évoque même la possibilité d’un nouvel abattoir. Il se pose alors la question d’un tonnage minimum qui garantirait son coût de fonctionnement". Sur ce sujet, le député de la 3ème circonscription de Saône-et-Loire s’est voulu confiant.
Au gré des rencontres sur le territoire, les élus ont évoqué le nouveau découpage cantonal, les aides au maintien des activités et commerces en milieu rural et aussi la préparation des prochaines élections municipales "même si malicieusement, tous, nous disent qu’il n’est pas encore l’heure d’y penser. Mais une chose est certaine, tous sont au courant des nouvelles modalités et sont conscients du travail d’explication qui leur incombe auprès de leurs administrés. On rencontre toutefois dans certaines communes le regret de la baisse du nombre de conseillers municipaux qui va nécessiter une nouvelle répartition des tâches".

"Pour une Europe plus équitable"
Philippe Baumel a également relevé l’inquiétude des élus du canton concernant l’Europe. "Tous reconnaissent que sans l’Union Européenne, l’agriculture ne pourrait pas continuer comme c’est le cas actuellement. Mais en même temps, ils expriment leur incompréhension sur certains points comme la TVA équine qui relève d’une directive européenne. Leur inquiétude s’explique aussi par les disparités qui peuvent exister entre les pays membres, notamment en matière de coûts de production. Ils voient l’Europe comme une institution qui peut asphyxier. Tout ceci nourrit le doute, ils sont profondément européens mais ils veulent une Europe plus équitable".

"Écotaxe et baisse démographique"
Parmi les échanges avec les élus du territoire de l’Arroux-Mesvrin, la thématique de la fiscalité a aussi été évoquée. "Les acteurs locaux sont réalistes, il n’y a pas de risques de bonnets rouges sur notre territoire" s’est félicité le député. "L’Écotaxe est suspendue jusqu’en 2015, il est fort probable qu’elle sera débattue en même temps que la grande réforme fiscale évoquée par Jean-Marc Ayrault. Les élus du canton ont bien compris qu’il s’agit d’une suspension et non pas d’une suppression ; et ils sont conscients que cette taxe n’aura pas d’impacts aussi négatifs que certains veulent le dire".
Philippe Baumel sillonnera encore le canton lundi pour rencontrer les élus de Saint-Nizier sur Arroux et Charbonnat. Et probablement, les inquiétudes en matière démographique relevées dans certaines communes, seront encore évoquées. "Cette baisse de la population rurale est dûe en partie à la concentration des exploitations ; là où il y avait 3 exploitations auparavant, il n’en reste souvent plus qu’une seule aujourd’hui. Et au lieu de 3 familles, il ne reste plus qu’une seule et unique famille. Ceci est donc une vraie inquiétude mais les logiques de repeuplement voulues par la PAC vont peut-être enrayer ce phénomène préoccupant" s’est interrogé le député.

Avant de rejoindre les élus de Broye et échanger des préoccupations de chacun, Philippe Baumel a conclu en soulignant "la sérénité des élus rencontrés. Je n’ai pas senti chez eux de sentiment de doute, ils n’éprouvent pas d’angoisse particulière, ils ont été rassuré par la PAC. En définitive, j’ai rencontré une ruralité sereine qui travaille à son devenir et qui tire partie de ses atouts".

Article paru sur le site de Creusots infos le 30 novembre 2013


Article rédigé le 3 décembre 2013